Page d'accueil
Contactez-nous
 
 
     

Définition
Les différentes formes de lutte
La vie des résistants

La polémique
Biographie
Sa dernière lettre
Vidéo


Livre d'or

 

Les passeurs sont apparus en faisant passer la ligne de démarcation en Saône-et-Loire. Ils étaient bénévoles, comme tout résistant et intégrés ou non dans une filière. Ils passaient outre les lois du gouvernement de Vichy en faisant passer les frontières aux personnes Juives, à des prisonniers évadés, des clandestins à des messages, ainsi que parfois des chefs de la Résistance. Le passage va souvent avec l'accueil et l'hébergement des fugitifs. Dans les régions frontalières chaque village aurait eu un point de chute. Parfois, la motivation est essentiellement pécuniaire, c'est une manière pour les agriculteurs et d'autres professions très touchées par la guerre de survivre. D'autres bons passeurs, exigeant au minimum 5000 francs par fugitifs passèrent beaucoup de Juifs au-delà des Pyrénées ou en France libre, et certains rejoignirent la Palestine. Mais on estime que 500 personnes furent arrêtées sur 900 qui essayaient de passer la frontière espagnole. C'est chez les transporteurs, les hôteliers, les artisans et les commerçants que l'on trouve le plus de passeurs.

-Les passeurs Suisses ont facilités l'arrivée à Genève de militants, de dirigeants de la résistance française, de Juifs, ou ils se trouvaient à l'abri des forces nazies.

-Le réseau Pat O'Leary, dirigé par Francisco Vidal, avait organisé un réseau de passeur d'homme dans les Pyrénées pour faire sortir d'Espagne des militants anti-franquistes en danger. Ce groupe s'allia à la résistance dès le début de la guerre et travailla avec le bureau central de renseignement et d'action de De Gaulle. Il permettra l'évasion de 1500 personnes, dont des aviateur alliés, et le passage de documents, tout en continuant la lutte anti-franquiste. Ils étaient spécialisés dans le rapatriement des pilotes. Ils couvraient un territoire allant de Bruxelles à Lisbonne. Francisco Vidal fût arrêté par la police française en 1944 et livré aux nazis qui l'exécutèrent. Les Anarcho-syndicalistes espagnols ont participé à une vingtaine de réseaux de passeurs.

-Les responsables des organisations juives non communistes tentent d'abord d'empêcher les déportations par des voies légales. Puis une décision unanime s'impose, celle de sauver les enfants, quels que soient les moyens. On fabrique donc des faux papiers et on organise des réseaux clandestins qui cachent ou font passer les enfants en Suisse. Deux filières importantes sont à mentionner : le "Réseau Garel" de l'OSE et la "Sixième" (Sixième direction de l'UGIF) des EI. Ces organisations permirent le sauvetage de 9000 enfants Juifs.

- Les jeunes femmes, passant plus facilement qu'un homme seul, transportaient des messages, des armes, de l'argent, des documents, des faux papiers fabriqués par des employés de mairie et des postes émetteurs donnés par les Anglais …

Fillette réfugiée attendant de pouvoir franchir la frontière (1943)

Photo Tsr.

 

webdesign kits graphiques